mardi 21 novembre 2017

le Salon de la revue...

Les 11 et 12 novembre, au Salon de la Revue, Halle des Blancs Manteaux, le Cafard Hérétique, revue dans laquelle on pourra retrouver 48 Fois, acte 2 de Noirceurs.

On peut commander ici :

http://www.lecafardheretique.fr/_p/prd1/4651831791/product/numéro-9




mardi 7 novembre 2017

48 fois...

À l'occasion de la parution de la nouvelle 48 FOIS dans la revue Le Cafard Hérétique, Benoit sera au salon de la revue, les 11 et 12 novembre, Halle des Blancs-Manteaux, 48 Rue Vieille Du Temple (Paris 4ème).
N'hésitez pas à passer !
Pour rappel, 48 fois, c'est l'acte 2 des Noirceurs....


lundi 9 octobre 2017

48 fois...

Vendredi 13 (octobre), parution de la revue Le Cafard Hérétique, dans laquelle on retrouvera le texte "48 fois", l'acte 2 de Noirceurs...





vendredi 15 septembre 2017

Rewind...

Rewind, provisoirement, LePostagalen: la station webradio

vendredi 16h00, la rentrée de l'Histoire Comme Elle Se Couche en partenariat, avec les Editions Koinè 
Invité : Benoît Fourchard pour sa pièce de théâtre "Rewind provisoirement" et toujours sur LePostagalen: la station webradio autour des micros Christian Bach ; Genevieve Roussel ; Philippe Viot et donc Benoît Fourchard



jeudi 14 septembre 2017

Les Closeries de Joël Egloff

L'humour de Joël Egloff, les audaces musicales d'Antoine Arlot, et les talents culinaires de Farid, ce sera mardi prochain, le 19 septembre, à 19 heures, à la Brasserie du Marché, face au marché d'Haussonville à Nancy.
Et ces histoires saugrenues seront suivies de quelques grignotages évidemment succulents ! 
Et, grâce à Marie Nardin et la Taverne du livre, pour ceux qui voudront poursuivre le voyage, il y aura aussi les livres de Joël Egloff. 

On vous y attend ! 


jeudi 8 juin 2017

Callot à la Taverne du Livre...

De Mauvais Augure

 À Épinal, le sosie de Gainsbourg est accusé d'avoir poignardé le sosie de Johnny.
Ou encore :
À Rennes, un homme défonce la maison de ses voisins avec son bulldozer.
À partir de ces simples faits divers, trente-six nouvelles ont été écrites par un groupe de lycéens du lycée Callot de Vandœuvre, dans le cadre d’une résidence d’artistes menée par Benoît Fourchard, avec la compagnie Les Fruits du Hasard, la Région Grand-Est et la Scène Nationale André Malraux. Le livre, De Mauvais Augure, recueil de toutes ces histoires, est maintenant disponible et sera présenté à la librairie La Taverne du Livre, 
le vendredi 9 juin à 18 h 30. 
Ce sera l’occasion de rencontrer les lycéens-écrivains, et d’entendre quelques extraits de leurs histoires.

Au plaisir de vous y retrouver ! 


jeudi 25 mai 2017

Rewind, le livre !


Rewind, provisoirement, ce fut un spectacle créé en 2014, par la compagnie Les Fruits du Hasard 
C'est aujourd'hui un livre, publié par les éditions Koïné.
À cette occasion, nous serons très heureux de vous en lire quelques extraits. 
Avec un petit verre, bien sûr.

Ce sera le vendredi 2 juin à 19 heures
à la librairie La Taverne du Livre, 11 rue des 4 Églises à Nancy. 

Amitiés

Benoît Fourchard, 

Lecture musicale, avec Coco Bernardis, Delphine Bardot et Antoine Arlot




lundi 8 mai 2017

La Méthode Maxwell

La Méthode Maxwell 

Au Festival Musique Action
Mercredi 10 mai à 19 heures et 21 heures 
Jeudi 11 mai, à 10 heures et 14 heures 30

CCAM - Scène Nationale de Vandœuvre-les-Nancy


Réservations : 03 83 46 15 00 


vendredi 28 avril 2017

Maxwell en mai...


La Méthode Maxwell
les 10 et 11 mai, 
au CCAM-Scène Nationale de Vandoeuvre, 
dans le cadre du festival Musique Action


lundi 10 avril 2017

Rewind, provisoirement...

... toujours en librairie !
On peut aussi le commander en contactant l'éditeur directement par @ : koine.editions@gmail.com



mercredi 29 mars 2017

Des nouvelles du Chapeau de Tétrgonie...

... roman jeunesse de Benoît Fourchard, paru aux éditions du Seuil en octobre 2016, et toujours en librairie !



vendredi 24 mars 2017

À l'occasion de la parution de Rewind, provisoirement aux Éditions Koiné (http://www.edition-koine.fr), Benoît Fourchard vous attend au Salon du Livre de Paris, sur le stand N° 1 P 60 (Éditions Koiné), le vendredi 24 mars de 17 heures à 17 heures 30, et le dimanche 26 mars de 14 heures 30 à 15 heures.


On peut également passer commande directement auprès de l'éditeur : 
Christian Bach / Editions Koiné Bach : koine.editions@gmail.com

Rewind, ou la touche rembobinage des magnétos à cassette.
La mère meurt, entourée de ses trois enfants, Armand, Fanny, Fleur.
Puis on remonte le temps, jour après jour, jusqu’au début de l’agonie, jusqu’à l’enfance.
Echeveau qui se démêle. Résurgence de souvenirs. Ultimes confessions.


Préface d'Isabelle Minière 


mardi 28 février 2017

"Rewind, provisoirement", en librairie


Rewind, provisoirement est en librairie. 
On peut également passer commande directement auprès de l'éditeur : 
Christian Bach / Editions Koiné Bach : koine.editions@gmail.com


Rewind, ou la touche rembobinage des magnétos à cassette.
La mère meurt, entourée de ses trois enfants, Armand, Fanny, Fleur.
Puis on remonte le temps, jour après jour, jusqu’au début de l’agonie, jusqu’à l’enfance.
Echeveau qui se démêle. Résurgence de souvenirs. Ultimes confessions.

Préface d'Isabelle Minière 



jeudi 23 février 2017

Noirceurs à Geispolsheim...

... le dimanche 20 février.
Un grand merci à Laura, et à toute l'équipe de L'Espace Malraux de Geispolsheim (67) !





vendredi 10 février 2017

Rewind, provisoirement...

... est en librairie ! 

En 2014, Rewind, provisoirement était un spectacle  http://lesfruitsduhasard.com/spectacles.html#rewind

C'est aujourd'hui un livre, publié aux éditions Koïné  http://www.edition-koine.fr


mardi 13 décembre 2016

Parole d'étudiante, suite à Noirceurs...

Masterclass 3 : Campus Lettres et Sciences Humaines, le samedi 10 Décembre 2016.
Noirceurs, Benoît Fourchard, par la Compagnie Les Fruits du Hasard.
Introduction :
Noirceurs est un texte de Benoit Fourchard, monté et mise en scène par lui-même et avec l’aide de la compagnie Les Fruits Du Hasard. Il s’agit d’un dyptique musical, nous dévoilant chaque fois un texte interprété par un acteur. Dans la première partie du spectacle, seul un musicien et un acteur sont présent en scène. Quelques éléments de décor les accompagnent. Dans la deuxième partie, le décor disparait, laissant place à 3 douches de lumière qui nous révèlent deux toujours un acteur, mais accompagné de deux musiciens cette fois. Des percussions viennent alors se rajouter à la basse présente depuis le début de la pièce. Ce spectacle est fondé sur le thème du fait divers, avec pour but de nous montrer les travers sombres qui se cachent en chacun de nous, et de quelle façon ils peuvent subitement faire surface après avoir été profondément enfouis pendant tant de temps. Nous aborderont donc ce thème de la violence et la façon dont il est mis en scène dans le spectacle, notamment par les jeux de lumière et le son.
La représentation :
La violence peut être représentée par de nombreux moyens au théâtre : dans les paroles, les dialogues, avec des mots durs et blessants ; dans des gestes brutaux, des regards pleins de colère ou d’agressivité ; des mouvements rapides, furtifs, des courses poursuite, des assassinats… mais ici, bien que les textes soient parfois d’une cruauté rude, c’est aussi dans les lumières et les sons que l’on retrouve cette violence.
L’éclairage, d’abord, est disposé et utilisé d’une manière peu commune au théâtre, car il n’est pas géré par une régie mais par l’acteur lui-même. Il dispose de plusieurs lampes de bureau sur une table métallique dans la première partie, ainsi que de lampes posées au sol au proscénium et éclairant vers le haut (il peut les allumées avec son pied grace à des interrupteurs au sol).  On a donc des lumières brut, loin d’un éclairage doux et tamisé, mais bien au contraire, assez agressif, tant pour l’acteur lorsqu’il est éclairé en plein visage. Ce sont des lumières crues et non pas chaudes. L’ambiance est donc déjà posée : cela ne sera pas fait pour mettre le spectateur tout à fait à l’aise. Dans cette première atmosphère arrive, en plus de cela, un personnage au sourire cruel, on y verrait presque des dents acérées. Le regard fixé sur le public, qui devient alors la famille Henriot, il lui adresse alors les premiers mots de la pièce, lesquels sont plutôt tranchants…
Dans la deuxième partie, l’éclairage est totalement différent, et a pourtant ceci de commun : il est tout aussi violent. Des douches droites, fines, aigues, d’une lumière toujours froide tombent sur le comédien placé au milieu et les deux comédiens placés sur les deux côtés. Le reste est noir, profondément noir. Par moment, on peut même avoir l’impression quand on fixe le comédien, que seul son visage se détache du reste de la scène. Il y a donc ici un grand travail de clair-obscur. Ceci donne un visuel déchiré, en quelque sorte, comme si les personnages que l’on entrevoit se détachaient de cette obscurité, parfois oppressante. Ici encore, le spectateur n’est pas mis à l’aise. Ceci est aussi renforcé par la diction du comédien, très monotone et sourde, puissante et grave, insensible en fait. Le texte, lui aussi, augmente cet effet par son caractère très descriptif, jusque dans les moindres détails de l’action qui se déroule, presque comme si l’on voyait les ombres des personnages décrits sous nos yeux. On pourrait même les voir se tuer, se déchirer l’un l’autre, se regarder froidement.
Pour ce qui est du son, il n’est pas géré par le comédien cette fois, mais par une régie qui se trouve elle-même bien présente en scène. Dans la première partie, plusieurs instruments sont utilisés, dont une guitare électrique et un violoncelle, mais les sons sont souvent électrisés, remasterisés, en direct grace à tout un équipement technique, et, probablement, grace à des enregistrements préalables aussi. La voix du comédien est aussi modifiée par moment, lui donnant des allures encore plus menaçantes. Dans la deuxième partie, on a cette fois une guitare électrique toujours, et une batterie, qui se permet d’ailleurs de nombreuses expérimentations avec toute sorte d’objets métalliques, rêches, et granuleux, rendant des sons aigus, griffants, sifflants, parfois assez désagréables. Des sons dans tous les cas discordants, qui vont de pair avec les discours des personnages, et leur esprit qui perd pied, puis tombe brutalement dans la folie. On peut aussi remarquer que les silences mettent merveilleusement bien en valeur ces textes, leur donnant une résonnance d’autant plus forte. On a parfois ce léger temps de silence, où, en tant que spectateur, on peut être plongé dans une certaine réflexion par rapport au personnage et à ses actes : Mais qui est-il réellement ? Que veut-il faire ? Que va-t-il faire ? Jusqu’où ira-t-il vraiment ? Etc.
Je crois aussi qu’une chose notable dans ce spectacle est qu’il nous présente deux cas : le premier, avec cette femme qui a déjà basculer dans la folie avant que cela ne commence, par le fait d’évènements antérieurs ; et le deuxième, qui, lui, bascule « de l’autre côté » devant nous.
La masterclass :
Durant la masterclass, nous avons commencé par parler du spectacle avec Benoit Fourchard (auteur et metteur en scène de cette pièce) et de Virginie Hoppé (responsable au centre culturel André Malraux). Nous avons donc aussi pu parler du rôle des centres culturels comme celui-ci, de leurs actions, et des différents types de spectacles qui y prenaient vie. Nous avons ensuite commencé à parler de la formation du spectacle lui-même, et des choix de l’auteur. Ce spectacle est un dyptique, composé de deux « tableaux » : le premier étant « Cette chère Simone », où l’on nous montre ce personnage de Simone Weber connu dans Nancy pour les assassinats de ses divers compagnons, et le deuxième qui s’intitule « 48 fois », où l’on représente un mari qui a tué sa femme de 48 coups de couteaux (Beaucoup plus dans la réalité mais l’auteur a adapté).
Benoit Fourchard nous confi que la plupart des éléments présents dans les deux parties sont réelles, étant donné que ces histoires sont tirées de fait divers ayant bien eu lieu, mais que d’autres ont été supprimés, car on ne peut pas tout montrer sinon cela serait beaucoup trop long, ou encore ajoutés et créés par lui. Par exemple, le nombre de coups de couteaux, la poupée nommée Vassili de Mme Weber, ou le nom de la famille « Henriot », sont des adaptations ou des inventions de Mr. Fourchard. Par contre, on sait que Simone appelait réellement le juge s’occupant de son affaire « mon poussin », car elle avait lié une relation très proche et spéciale avec lui, ou que le meurtre dans le deuxième volet s’est bien passé dans de telles conditions (dans l’escalier, et avec préméditations car il avait réellement enfermé les enfants). Benoit Fourchard a notamment pu avoir de l’aide d’un témoin ayant assisté au meurtre au moment où il s’est passé pour ce deuxième volet, et a fait de nombreuse recherches pour les deux affaires, en leur trouvant cette caractéristique commune : elle révèlent toutes deux un basculement psychologique des personnages, qui, dans les deux cas, sont perdus, et finissent par sombrer dans une sorte de folie.
Après avoir échangé sur le sujet, nous avons réalisé un petit travail d’écriture. Avec l’aide de Mr. Fourchard, nous avons d’abord constitué deux phrases simples répondant à la question : « qui fait quoi, où, et quand ? ». A partir de ces deux phrases, nous en avons développé une, en y ajoutant quelques détails sur les conditions de l’action, qui nous a servi de base à une petite histoire un peu plus longue. Dans la plupart des cas, ce que nous avons écrit était en fait une scène d’exposition, avec beaucoup de description du cadre de l’action, de l’ambiance, de la lumière, des lieux, etc.
Pour continuer cet exercice, nous avons ensuite tiré au sort un fait divers résumé en une ou deux phrases, dont nous devions écrire l’histoire, sous la forme de notre choix. Cela pouvait donc avoir un style journalistique, comme être un dialogue, ou un récit, ou un texte déjà plus théâtralisé. Seulement, notre personnage principale n’avait pas pour obligation d’être le responsable réel de l’action telle qu’elle était énoncée, on pouvait très bien avoir un objet ou un acteur tout à fait secondaire comme élément principal et déclencheur de l’action.
Nous avons fini cette masterclass en lisant nos textes devant le groupe et en discutant au sujet de chaque texte et de la manière dont nous l’avions compris. Nous avons remarqué, comme nous l’avait justement dit Benoit Fourchard, que certaines choses, qui nous semblaient claires, restaient difficiles à comprendre sans explications lorsque l’on découvre le texte.
Nous avons eu la chance, pour la première fois dans une séance de masterclass, de faire un travail d’écriture, plutôt qu’un travail de mise en voix d’un texte, ce qui fût très intéressant. Nous avons pu, par ce biais, laisser libre-cours à notre imagination d’une autre manière que par nos choix d’interprétation.

De plus, Benoit Fourchard est quelqu’un de très ouvert et qui a pu nous donner beaucoup de pistes de réflexion artistiques, qui nous a très bien guidé dans la mise par écrit de nos idées, tout en nous laissant une grande liberté. Encore une fois, ce travail a été très enrichissant pour chacun de nous je pense, car il est, lui-aussi, reparti avec de nouvelles idées pour d’autres ateliers de ce genre !

lundi 12 décembre 2016

Noirceurs, photos...

C'était du 1er au 11 décembre, au LEM (11 Grand rue à Nancy), dans le cadre de la programmation du CCAM, et ce fut une très belle aventure !...
Avec Laurent Gix, Gabriel Fabing, Michel Deltruc, Phil Colin, Manu Humeau, Florian Martin, Benoît Fourchard...
Sans oublier Nini Marouzé, Delphine Bardot, Daniel Trento et nos amies Laure et Fred de la Poulie Production.







(Photos Gérard Savin)


Noirceurs, magazine Poly de novembre...


dimanche 27 novembre 2016

Noirceurs...

... on ne pourra pas ne pas penser à lui : ce spectacle n'aurait jamais vu le jour sans son soutien indéfectible. 
Cher Dominique, nous te dédions ces Noirceurs...

Noirceurs, au LEM (11 grand rue à Nancy), dans la programmation du CCAM - Scène Nationale de Vandœuvre, 
du 1er au 11 décembre. 
Et il est prudent de réserver : 
03 83 35 35 14 (LEM) ou 03 83 56 15 00 (CCAM)

http://lelem.fr


lundi 21 novembre 2016

Pour Dom…

On l’avait cru inoxydable, définitivement lié aux murs blancs du CCAM.
On n’arrivait même pas à l’envisager en retraite. Un mot incongru. Un mot dont se demande même ce qu’il aurait pu faire.
Alors, après l’incrédulité, puis la sidération, puis l’abattement, on prend maintenant conscience du vide. Un vide sidéral.
Vide aujourd’hui, dans nos têtes, dans nos cœurs. Vide pour les siens. Pour ses proches. Pour sa famille. Pour l’équipe du CCAM.
Et puis, vide de demain, vide pour tous les artistes, nombreux, et notamment ceux qui résident et travaillent en région. Ces artistes qu’il a soutenus, un soutien pas que moral, un soutien jamais timide ni du bout des lèvres ni juste pour la forme, un soutien souvent envers et contre tout et contre vents et marées, et même parfois contre l’avis de ses pairs. Ces artistes qu’il écoutait, le regard bleu gris, pénétrant et silencieux, une écoute qui n’en pensait pas moins, et qui d’un mot savait conseiller ou réorienter un projet.
Alors, avec le temps, lorsque chacun sera parvenu à transformer cette grande tristesse en souvenir joyeux, il conviendra de se poser la question : comment combler ce vide ?
Mais ça, c’est déjà une autre histoire.
Une histoire où tout reste à écrire…






mardi 15 novembre 2016

Les Closeries au Lycée Callot...

... les 14 et 15 novembre, avec le CCAM, Scène Nationale de Vandœuvre. 

Au programme des lectures, musicales, de Buzzati, Prévert, Joël Egloff, Isabelle Minière, entre autre... 

Avec Antoine Arlot et Benoît Fourchard. 
Photos Emmanuel Robert. 

http://www4.ac-nancy-metz.fr/lyc-jacques-callot/2016/11/14/paroles-et-musique/






jeudi 22 septembre 2016

lundi 19 septembre 2016

Balade musicale...

Le climat n'était pas des plus favorables, pourtant nous l'avons fait !
Une balade musicale dans les sentiers de Mazéville (54), avec "Monsieur Bernard", une nouvelle de Claire Wolniewicz (in "Sainte Rita", recueil publié aux éditions Finitude), lue par Benoit Fourchard, et mise en musique par Santiago Moreno...




mardi 13 septembre 2016

Rentrée musicale...

Petite balade musicale de rentrée, le dimanche 18 septembre à 14 heures, pour un dernier souffle estival...
Avec Santiago Moreno et Benoît Fourchard.





mercredi 25 mai 2016

Vanité & Humeurs au LEM !

Probablement l'une des dernières occasions de voir ou revoir Vanité et Humeurs, deux formes courtes et complémentaires, créées en 2004 et 2006, avec la compagnie La SOUPE, et montrées près de deux cents fois, un peu partout en France et en Europe.
Avec Delphine Bardot et Benoît Fourchard

Les 27 et 28 mai, au LEM, à Nancy.



vendredi 25 mars 2016

Noirceurs, suite ce soir...

Première de Noirceurs, hier soir, à Jarny donc, au théâtre Maison d'Elsa...
Suite ce soir !

Et, petite précision pour le lien à propos du reportage de Mirabelle TV, c'est plutôt là, toujours à 10 minutes 20 :

http://www.mirabelle.tv/emission29-juste-avant-de-zapper-video1811-juste-avant-de-zapper-22-03-16.html

Et puis, ces Noirceurs du point de vue du Républicain Lorrain :


jeudi 24 mars 2016

Noirceurs, ce soir...

Noirceurs va enfin voir le jour, ce soir à Jarny, au théâtre La Maison d'Elsa, dans le cadre de la programmation du Théâtre Ici-et-Là de Mancieulles. La route a été longue et pleine d'embûches. Créer un spectacle, aujourd'hui, pour une compagnie indépendante et non conventionnée, relève quasiment de la gageure !
Mais, bon, il est là...
Et pour en savoir plus, quelques images de Mirabelle TV :


À 10 minutes 20

On vous attend ce soir ! 






mardi 22 mars 2016

Noirceurs, rappel...

Jeudi 24 et vendredi 25 mars à 20 h 30
au théâtre La Maison d'Elsa à Jarny
Réservations : 03 82 21 38 19

(dans le cadre de la programmation du Théâtre Ici Et Là/Mancieulles )